fbpx
  • Accueil
  • Blog
  • Escapade à Xueshan, la montagne enneigée

Escapade à Xueshan, la montagne enneigée

Escapade à Xueshan, la montagne enneigée

Xueshan (雪山) est le deuxième plus haut sommet de Taẅan, juste derrière le Yu Shan (玉山), la montagne de Jade. Avec ses 3 886 m, c'est le point culminant de la chaîne de montagne de Syue, qui s'étend du Nord Est au Sud Est à travers Taïwan. Ce magnifique sommet est situé dans la parc national de Shei-Pa et offre une vue imprenable sur ce dernier et ses montagnes environnantes par temps clair. Malheureusement, c'est de nuit que j'ai atteint le sommet en compagnie de mes deux amis Taïwanais. Récit de ce trek de trois jours...

Dimanche 25 février 2018

Mon départ s'effectue de Tainan d'où je quitte ma famille pour rejoindre la gare. De là, je monte dans le HSR pour rejoindre la gare de Taichung où Chase doit venir me récupérer.

Arrivée à 17:06 précise à Taichung, on ne plaisante pas avec les horaires de trains à Taïwan. Je retrouve facilement Chase et nous prenons la route de suite pour Puli où il s'est occupé de me louer une petite chambre pour la nuit.

Le dialogue se fait de suite, très simplement. Chase au premier abord est une personne sympathique et abordable. Mais je ressent très rapidement en lui comme un besoin de donner de la consistance au personnage qu'il s'est créé. Les événements futurs viendront conforter ma toute première impression.

Arrivé à Puli, je prend possession de ma chambre et Chase me récupère pour le dîner. Nous nous rendons dans un restaurant japonais et nous régalons autour d'un délicieux barbecue. Les bouteilles de bière nous accompagnent et nous sortons finalement du restaurant parfaitement repus.

Nous partons ensuite dans une petite épicerie pour acheter la nourriture nécessaire pour le trek. Chase insiste pour s'occuper de la cuisine, il veut nous préparer les plats. Reste les achats individuels pour le petit déjeuner  et le repas léger du déjeuner. J'avoue que l'exercice n'est pas simple pour moi, j'ai beau être un peu familier avec la culture Taïwanaise, j'ai beaucoup de mal à faire mon choix.  J'achète du pain,  deux boites de thons, quelques snickers et 4 Balas, un fruit que j'affectionne particulièrement. Je suis inquiet quant à la quantité de nourriture que Chase achète, pas tant pour le prix mais plus pour le poids du sac à dos. Mais je lui témoigne tout de même ma confiance, le festin risque d'être somptueux.

De retour dans ma chambre, je passe le reste de la soirée à noircir les pages de mon carnet de route. J'ai mis la sonnerie de mon réveil à 4:45. Nous partons vers 5:15 et récupérerons au passage Hunter, le troisième membre de l'équipe. Il y a environ trois heures de route pour rejoindre le départ de l'itinéraire. Je suis véritablement impatient de découvrir cette montagne, mais je savoure également le dépaysement de l'instant. Et puis, nous allons dormir trois nuits sous la tente en altitude!

Il est presque minuit, je vais rejoindre un peu mon livre avant de dormir. Mais avant cela, je savoure le calme qui règne ici. Je n'entend que le bruit des insectes, je vais très probablement dormir paisiblement. A moins que l'excitation de la journée de demain ne m'en empêche...

Lundi 26 février 2018

Départ donc de Puli pour rejoindre la ville de Lishan dans le parc national de Shei-Pa. Trois heures de route insupportables. En effet, Chase conduit vite et de manière dangereuse. Nous récupérons Hunter au passage et je découvre un autre personnage très sympathique.

Du centre ville, nous rejoignons le départ du sentier pour le mont Syoqaw. C'est là que j'apprends que nous effectuerons l'ascension du Mont Xueshan par une autre entrée du parc, nos permis ayant été refusés, il n'y avait pas de place au refuge 369. Encore une nouvelle surprise, je n'ai pas eu le temps d'étudier l'itinéraire, et ça ne me plaît pas!

Le temps est superbe, nous sommes enthousiastes, la bonne humeur est au rendez-vous.

Chose étrange dès le début, Chase parle peu, mais il se donne l'apparence d'un chef. A le voir, on pourrait s'imaginer qu'il contrôle parfaitement la situation, mais ce n'est qu'une illusion. Il n'utilise que son smartphone qu'il utilise comme GPS, il ne possède ni carte ni boussole. Notre première étape est de rejoindre Piaodan Hut pour y passer notre première nuit.

Un départ à 10:56, 1846 m de dénivelé cumulé pour une distance de 9,7 km. Avec un sac de 16 kg, c'est une bonne première étape. Notre première nuit est froide avec des températures allant jusqu'à -8°C. Je mange peu. Le choix de la nourriture ne m'enthousiasme pas. Alors je m'endors rapidement. De toute façon, je suis épuisé.

 

9.2 km, 08:23:14

Mardi 27 février 2018

Réveil le lendemain vers 6:30. A l'extérieur du duvet il fait très froid et il faut beaucoup de courage pour ne pas jouer les prolongations bien au chaud. Nous levons le camp à 9:08 après un rapide petit déjeuner, l'objectif du jour étant Zhijiayang Shan et Xueshan. Sauf qu'il va nous falloir plus de quatorze heures de marche et nous changerons le lieu de bivouac initialement prévu à Cue Pond pour rejoindre le refuge 369. Tout cela bien évidemment avec un grand désaccord au sein du groupe. Hunter et moi contre Chase.

Nous arrivons ensuite au sommet de la montagne ZhiJiaYang où nous faisons une pose méritée et prenons quelques photos. Le sentier est ensuite magnifique. Nous profitons de la prairie, des genévriers ainsi que de la longue forêt de bambous nains qui nous mène jusqu’à la forêt noire. Dans la forêt de bambou, je glisse et me fait mal au genou gauche. Je n'ai pas très mal car mon corps est chaud mais je pressent des complications à venir.

C’est ici que le sentier devient un peu dangereux. Le chemin est étroit et la pente sur notre gauche peu engageante. La vigilance s’impose car une petite erreur pourrait nous coûter cher. De surcroît, l’épaisse végétation rend le sentier glissant.

En sortie de la forêt noire, une longue négociation commence. Vers 14:30, il nous reste environ 600 de dénivelé. En condition de terrain simple, cela ne pose fondamentalement pas trop de problèmes. Seulement, voilà, depuis maintenant un bon moment le terrain est relativement difficile. Hunter et moi souhaitons revenir un peu sur nos pas où nous avons croisé une petite aire sympathique où nous pourrions planter notre tente et passer une soirée agréable. Après une bonne nuit de repos, nous pourrions alors entamer l'ascension de manière sereine. Mais Chase insiste et les négociations vont bon train. Au final, c'est la détermination de Chase qui l'emporte, et c'est bien dommage. Nous nous sommes retrouvés de nuit à faire de l'escalade, il y avait de la neige, il faisait froid. La situation sans être périlleuse n'en était pas moins dangereuse.

Nous arrivons au sommet peu après 19:00, il fait déjà bien nuit et surtout très froid. Nous décidons de nous rendre au refuge 369 pour y passer la nuit, la fatigue étant bien présente, nous y serons bien mieux. S'ensuit alors une longue descente avec crampons et piolets, il y a une bonne couche de neige. Mon genou commence à me faire bien mal.

Nous arrivons finalement au refuge vers 22:30, je suis très fatigué car je me suis mal alimenté depuis le début. J'en paye les conséquences. J'avale un morceau et je m'endors presque aussitôt.

 C'était une belle journée mais tout comme Hunter, je regrette d'avoir gravis le sommet de nuit. Je me réconforte en me disant que c'est la meilleure des raisons pour y revenir rapidement.

 

12.2 km, 14:28:57

Mercredi 28 février 2018

Mes craintes se confirment au réveil. J'ai bien mal au genou gauche. C'est probablement une entorse et je croise les doigts pour que le ligament ou encore le ménisque ne soient pas touchés.

L'ambiance est sympathique au refuge, et pour couronner le tout, Chase nous prépare un somptueux petit déjeuner : du poulet au curry avec du riz. Je me régale et je peux sentir les bienfaits de ce repas presque instantanément sur mon organisme. Je mange avec un appétit féroce.

La dernière portion de notre escapade nous emmène au sommet Est Xueshan. Nous démarrons à 08:29. Je suis heureux de pouvoir compter sur mes bâtons de randonnée, la douleur est de plus en plus forte à chaque fois que je pose le pied. Sans mes bâtons, je n'ose imaginer...

La vue à partir du sommet est bien dégagée. On y voit clairement la chaîne centrale, même si le ciel n'est pas des plus clair

Le temps tourne à la pluie et c'est avec cette nouvelle compagne que nous terminerons notre aventure. Chase partira avant nous pour aller chercher la voiture au départ de notre escapade. Nous arrivons à l'entrée du trail, heureux à l'idée de boire prochainement un bon café.

Pour conclure sur ce court trek, je dirais simplement qu'il est à faire absolument si vous êtes de passage à Taïwan. Mais, car il en faut un, pas dans les même conditions que mes compagnons et moi. La boucle réalisée se fait parfaitement pour des trekkeurs bien entraînés, mais il ne faut pas négliger la portion de l'ascension réalisée. Nous sommes à mon sens déjà dans de l'escalade. Chase est un jeune guide très sympathique. Cependant, il n'existe pas de formations de guides en montagne à Taïwan. On ne lui reprochera pas, mais il faut souhaiter que cette situation change prochainement. Chase s'est en quelque sorte autoproclamé Guide. Il ne réalise cependant pas le risque d'encadrer des gens et de devoir faire face à une situation imprévue, qu'elle soit de nature météorologique, un accident corporel ou autre. Je doute fort malheureusement de sa capacité quant à adopter les bons réflexes.

Pour exemple concret, peu avant le refuge 369, j'ai fait un début d'hypoglycémie. J'ai commencé à avoir des nausées, mon rythme cardiaque s'est accéléré. Je me suis immédiatement allongé sur la neige, tentant de réguler mon souffle. J'ai mangé une barre de chocolat, comprenant mon état. Quelques minutes après, nous repartons. Une quinzaine de minutes avant l'arrivée au refuge, Chase nous quitte pour aller prévenir le gardien du refuge de notre arrivée, et Hunter marche tranquillement, bien plus loin devant moi. Je vous laisse imaginer la situation critique si j'avais perdu connaissance. Il n'y a pas de jugement, juste un simple constat. Et c'est ce que nos systèmes de formations nous apprennent en France.

Autre exemple, Chase ne possède ni boussole ni carte papier. J'ai été très surpris, mais selon ses propos, le terrain est bien balisé et ce n'est pas nécessaire. Je pense que ce genre d'attitude explique le pourquoi du comment des nombreux accident en montagne à Taïwan.

Mais revenons-en au trek, il mérite une visite, au grand minimum... J'y retournerai, en autonomie et de manière plus lente, pour me laisser envoûter par la beauté des paysages. Ca ne s'explique pas vraiment, ça se vit.

 

6.5 km, 04:38:10

Écrit par : Gregory Brouilliard

C'est en pleine nature que je me suis découvert et ce depuis mon plus jeune âge. Naturaliste autodidacte, marcheur enthousiaste, j'aime les gens et le partage.

Marc Daumery
Des expériences à l'étranger...
Salut Greg. Comme quoi, une formation de guide à son utilité :)
Gregory Brouilliard
Absolument. Il est surtout surprenant de voir comment les Taïwanais partent en montagne sans grande connaissance. Même si ça arrive également en France, il existe un grand décalage par rapport à chez nous.
Afficher le formulaire de commentaire

Ils nous ont fait confiance

J'habite dans l'Oise et je pratique la randonnée en montagne l'été. J'ai découvert la randonnée près de chez moi grâce à Karuna Nature. Merci beaucoup.
Françoise P.
Très belle randonnée, un guide très intéressant. J'ai découvert un coin de forêt que je n'imaginais pas.
Elodie

Lettre d’informations nature

Inscrivez-vous à notre lettre d'information et recevez gratuitement nos infos nature.


© 2020 karuna nature. Tout droits réservés | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGV et l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux.